El Hadji Diouf : “Jouer la CAN Total 2019 en Egypte est une chance !”

Diouf

L’ancien champion sénégalais est l’une des légendes invitées par la Confédération Africaine de Football pour cette Coupe d’Afrique des Nations Total 2019. El Hadji Diouf revient pour cafonline.com sur ses meilleurs moments à la CAN

Qu’attendez-vous de cette CAN Total 2019 ?

“J’attends que les stades soient remplis. Un stade plein stimule le joueur à donner le meilleur de lui-même pour montrer au monde son talent. Avec des stades vides, on n’a pas envie. Je fais un appel au peuple égyptien à venir nombreux au stade.”

Que ressent-on quand on est joueur sur une Coupe d’Afrique des Nations ?

“Personnellement, j’étais venu laisser mon empreinte, pour qu’on parle toujours de moi lorsqu’on évoque la CAN. C’est comme cela que les joueurs doivent le prendre. Les joueurs doivent être des soldats pour leur nation. Jouer en Egypte est une chance d’être dans d’aussi bonnes conditions. Il y a de bons stades, de bons terrains d’entraînement et les gens aiment le football.” 

Le Sénégal va-t-il enfin concrétiser les promesses et enfin remporter la CAN Total 2019 ?

“Le Senegal a de très bons joueurs mais il faut maintenant trouver l’équilibre pour avoir une très bonne équipe. On a déjà vu des équipes avec de bons joueurs qui n’arrivent pas à jouer ensemble. La CAN, ça se gagne avec les tripes. Il faut souffrir et penser au pays pour écrire la plus belle page du football sénégalais. Chaque année, on fait partie des favoris et on a une génération dorée mais on ne gagne pas le trophée.”

Qui sera le joueur à suivre lors de cette CAN ?

“Il y en a quatre selon moi. Hakim Ziyech du Maroc. Il est très fort techniquement. C’est l’un des meilleurs joueurs. Les gens ont l’habitude de parler de Salah et Mané mais ce qu’a fait Ziyech avec l’Ajax, c’est fort ! Pour Salah et Mané, le duel continue comme lorsque je jouais contre Eto’o et Drogba. Les deux jouent pour Liverpool, ont marqué 22 buts, etc. Pour être Ballon d’or l’année prochaine, il faut gagner la CAN. Enfin, celui qui a le moins joué cette saison, Riyad Mahrez. Il est frais et on sait que quand l’Algérie joue bien, c’est dangereux.”

Quel est ton meilleur souvenir à la CAN ?

“C’est au Mali bien sûr ! C’était ma première CAN et nous étions allés en finale en 2002. J’ai été élu meilleur joueur de la CAN.”

Te souviens-tu de ton premier but à la CAN ?

“Oui c’était en 2002 contre la RDC à Bamako (NDLR : victoire 2-0).”

Qui est ton idole dans l’histoire de la CAN ?

“Le premier c’est Jules-François Bocandé. Je voulais être comme lui, adulé par les Sénégalais, quelqu’un qui faisait tout pour son pays. C’était un vrai Lion de la Teranga. Il incarnait le Sénégal. Il m’a poussé à être encore meilleur en 2002. Mon autre idole, c‘est Hossam Hassam ! Petit, je le regardais et ce qu’il faisait sur un terrain de football, c’était fabuleux. C’était un gagneur, un combattant.”

Quel serait le conseil à donner aux jeunes joueurs africains aujourd’hui ?

“Il faut aimer le football et de jouer. Ce qui m’a fait mal c’est de voir 5 équipes africaines aller en coupe du monde en Russie et aucune n‘a passé le premier tour. Aujourd’hui, l’Afrique doit montrer le beau football, pas qu’en Europe ou en Amérique latine. L’Afrique doit joueur un football champagne.”

Comment a évolué le football africain selon toi ?

“Les infrastructures sont encore meilleures aujourd’hui et je dis bravo à la CAF d’avoir déplacer la CAN de janvier à juin. Cela a permis aux joueurs africains d’être plus constants dans leurs clubs. Si la CAN avait lieu en décembre ou janvier, Mohammed Salah, Sadio Mané ou Aubameyang ne seraient pas les meilleurs buteurs de Premier League. L’organisation est meilleure aujourd’hui.”