"L’objectif, c’est de remporter la compétition", selon André Onana

WhatsApp Image 2019-06-27 at 18.01.34

Le gardien vedette des Lions indomptables, est l’une des attractions de cette CAN Total Egypte 2019. L’international camerounais de 23 ans revient sur l’entrée en lice des champions en titre et l’évolution du poste de gardien de but. Entretien sur cafonline.com.

Comment analysez-vous la victoire contre la Guinée-Bissau lors du premier match ?

“C'était un match capital pour nous. C'est important de bien démarrer. Je suis content pour cette victoire méritée. Je tiens à féliciter le coach sur le travail du collectif. On a su gérer le match, les temps forts et les temps faibles. Ça n'a pas été facile face à un très grand adversaire. A titre personnel, je suis satisfait de mon match. C’est vrai que ne pas encaisser de but est quelque chose que l’on obtient de manière collective parce qu'on n'est pas seul sur le terrain. Je suis content du travail défensif que nous avons abattu et du rendement du groupe.”

Le Cameroun est champion d’Afrique en titre, quel est votre objectif ?

“C'est clair que l'objectif est de remporter cette prestigieuse compétition. Mais il faut être réaliste. Avant de la remporter, il y a plusieurs matches à jouer. Et c’est match après match que nous avançons. Nous avons gagné le premier et nous irons chercher le deuxième. C'est clair qu’il faut respecter tous les adversaires. Il y a de très bonnes équipes qu'on devra affronter. Je pense que ça ira bien si nous restons fidèles à notre philosophie, si nous restons positifs. Et comme j'ai l'habitude de dire, le plus important dans le foot, c'est de rester soi-même. Je pense que si nous sommes nous-mêmes, on a plus de chance de remporter cette compétition.”

On dit que vous êtes l'un des meilleurs gardiens actuellement. Qu’en pensez-vous ?

“C'est quelque chose de bien. C’est rare qu’un gardien noir soit à ce niveau. C'est le fruit du travail abattu par mon staff technique, par mes entraîneurs de gardien et je tiens à les remercier. C'est une motivation double pour moi. J'ai eu la chance de jouer contre les meilleurs gardiens comme Neuer ou Courtois et avec qui j’ai pu échanger après des matches. C'est bien de voir ces gens-là et de comprendre qu’ils sont humains comme nous (rires) et qu’ils ne sont pas différents de nous. Avec un peu de travail et de la chance, on pourra atteindre leur niveau.”

La plupart des joueurs ou des fans ne se voient pas comme gardiens mais plutôt comme joueurs de champ. Pourquoi avez-vous décidé de devenir gardien de but ?

“Mon grand frère était gardien et c’est un modèle pour moi. Quand j'étais tout petit, j'essayais de suivre ses pas. Malheureusement, il n’a pas pu faire une carrière professionnelle en tant que gardien de but mais il a pu la faire en tant que défenseur central. Et comme tous les enfants, à la base, j’étais un avant-centre. Quand on est tout petit, personne ne veut jouer dans les buts. Tout le monde veut marquer, être avant-centre. Je pense que la clé de cette décision vient de mon grand frère.”

Vous rendez vous compte que vous êtes dorénavant la star de l'équipe ?

“Durant les 40 dernières années, le poste de gardien de but est celui qui a le plus changé. Les gardiens actuels prennent des risques, vont vers l’avant. Dix ans plus tôt, cela n’était pas possible. Le football se modernise. Je pense que c'est la raison pour laquelle on a des gardiens qui sont mis en avant.”

Est-ce que vous avez des modèles à ce poste-là ?

“Au Cameroun, nous avons des légendes comme le vieux Tommy (Thomas Nkono) et le vieux Bell (Joseph Antoine Bell), ces deux papas avec lesquels j’ai de très bons contacts. Je tiens vraiment à les remercier pour leurs conseils. J'ai eu à faire quelques stages avec Tommy notamment une semaine à Berlin avec lui et j’ai beaucoup apprécié. C'était riche en apprentissage. Mais sincèrement comme modèle, j’essaie de prendre le meilleur chez toutes ces légendes. Aujourd'hui je vois Neuer ou Courtois. Tout ce qu’ils font, j'essaie de le reproduire et de l’appliquer pour être le gardien le plus complet possible. Comme je l'ai dit à la base, le poste de gardien a tellement changé et on est obligé de se renouveler sinon on sera toujours reléguer au second rôle.”

Quand on rentre dans le vestiaire camerounais, dans votre tanière, l’ambiance est joyeuse et festive. On dirait que ce sont des amis qui ont été réunis. C’est très marquant.

“Oui. Notre équipe est jeune. C’est quasiment la même génération avec pratiquement le même âge. Nous sommes très potes. Nous allons même en discothèque ensemble quand nous sommes en vacances (Rires). Nos copines se connaissent pour la plupart. Nous avons tissé des liens très soudés. Et oui, on a une très bonne cohésion. Il y a une très belle ambiance dans le groupe.”

Le Cameroun peut-il réitérer la performance de 2017 ?

“J’espère qu’on pourra le faire. Si on réussit, ce sera magnifique à titre collectif et à titre personnel parce qu'à la fin de la journée, c’est pour nous que nous le faisons d’abord, ensuite pour notre pays, notre famille. On essaye de leur donner du plaisir. J'espère vraiment qu’on ira jusqu’au bout.”