Les matches de la CAN gravement piratés

AFCON LOGO

La Confédération Africaine de Football (CAF) a constaté une nouvelle opération de piratage d’envergure conduite par la plateforme télévisuelle pirate dénommée “beoutQ”, dont est victime sa compétition phare, le tournoi final de la Coupe d’Afrique des Nations Total organisée en Egypte du 21 juin au 19 juillet 2019.

Les retransmissions télévisuelles de l’ensemble des 36 matches de la phase de groupes ont été détournées frauduleusement et diffusées sur beoutQ, avec le support de l’opérateur de satellites Arabsat. Arabsat a refusé d’obéir aux injonctions de faire cesser les diffusions pirates de beoutQ.

Seule beIN Sports dispose d’un contrat de la CAF, pour retransmettre en exclusivité, avec droit de sous-licencier, les matches de la Coupe d’Afrique des Nations Total, EGYPTE 2019 sur notamment les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, tandis que la chaîne égyptienne Time Sport Channel, en sa qualité de télévision hôte de la Compétition, dispose de l’autorisation de la CAF de diffuser les matches par télévision terrestre gratuite sur l’ensemble du territoire d’Egypte.

beoutQ est diffusée sur tout le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, et est également rendu accessible dans le monde entier, ce qui porte gravement préjudice aux droits de la CAF et aux droits consentis par contrats à ses partenaires diffuseurs officiels, et en tout premier lieu à beIN Sports et à la télévision hôte égyptienne de la Compétition compte tenu de la zone territoriale sur laquelle se concentrent les diffusions pirates de beoutQ.

En effet, les droits de retransmission concédés par la CAF sur une base exclusive à ses partenaires diffuseurs officiels ont pour contrepartie d’importantes contributions qui assurent le financement et le développement des compétitions de football africaines et de ses associations membres.

La CAF condamne avec la plus grande fermeté les actes de piraterie commis par beoutQ qui menacent directement les ambitions de valorisation, rayonnement et développement du football africain et de la CAF.

C’est pourquoi la CAF exige que soit mis un terme aux actes de piraterie de beoutQ. Et, dans le respect des missions statutaires qui lui incombent, la CAF entend se joindre aux démarches entreprises par les principaux détendeurs de droits impactés (dont la FIFA, l’UEFA, l’AFC, la Liga, la Premier League et la Bundesliga) et engager toutes mesures et actions nécessaires à l’encontre des entités qui se rendent coupables ou complices de ces actes de piraterie, y compris sur le plan judiciaire.