Les arbitres prêts à utiliser l’assistance vidéo (VAR) dès les quarts de finale

VAR 11

Après la décision du Comité exécutif de la CAF d’utiliser l'assistance vidéo à l’arbitrage à partir des quarts de finale de la Coupe d'Afrique des Nations Total Egypte 2019, les arbitres se préparent activement à son utilisation.

Le but de la VAR est de réduire les injustices causées par des “erreurs évidentes” ou des “sérieux incidents manqués”. Elle sera applicable à partir des quarts de finale, avec l'autorisation de l'International Football Association Board (IFAB) et de la FIFA, instance dirigeante.

Depuis le début du tournoi, il y a eu des simulations de tests de VAR lors des matches sélectionnés, ce qui a permis aux arbitres de se familiariser avec le système, ce qui devrait renforcer leurs capacités lors de la plus importante compétition continentale.

Ce sera la première fois que la CAF appliquera la VAR lors d’un grand championnat, après une simulation lors du Championnat d’Afrique des Nations Total au Maroc en 2018. On se rappellera que le VAR a fait son entrée dans le football africain pour la première fois lors de la Super Coupe de la CAF entre le Wydad Athletic Club (Maroc) et le TP Mazembe (RD Congo) à Casablanca en février 2018.

Elle a été suivie par les derniers matches des compétitions interclubs de la CAF en 2018 et pour la saison 2018/19, ainsi que par la Super Coupe 2019 de la CAF Total à Doha, au Qatar.

VAR 3

Le directeur technique de l’IFAB, David Elleray, qui a supervisé les séances d’entraînement VAR au stade de l’Académie militaire au Caire, a salué la décision de mettre en place le système pour le reste de la compétition. “La CAF est sensée d'introduire la VAR lors des quarts de finale de la Coupe d'Afrique des Nations Total 2019. C'est une étape cruciale de la compétition et il y a des matches clés. Il est préférable d’avoir une prise de décision de qualité et la VAR y contribuera”, a déclaré Elleray à cafonline.com.

“Nous y travaillons depuis avril 2018. Cela a été un processus avec le soutien des instructeurs de la CAF. Jusqu'ici, nous sommes satisfaits des préparatifs et nous nous entraînons tous les jours pour nous améliorer.”

Parallèlement, deux arbitres européens ont été invités à soutenir le système VAR sur la base de leur expérience et de leur connaissance de ce dernier. Il s'agit de Paulinus Van Boekel (Pays-Bas) et de Benoit Millot (France).

C'est une étape cruciale de la compétition et il y a des matches clés. Il est préférable d’avoir une prise de décision de qualité et la VAR y contribuera David Elleray

Qu’est-ce que la VAR ?

L'objectif de l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) n'est pas d'obtenir une précision de 100% sur toutes les décisions, car il n’y a aucune volonté de détruire le rythme du jeu et les émotions que procure le football sans de longues interruptions. La philosophie est la suivante : “interférence minimale - bénéfice maximal”.

Pour s'assurer que l'arbitre (et non la VAR) soit l'officiel principal du match, l'arbitre prendra toujours la décision (à l'exception d'un incident “manqué” généralement “hors du jeu”), y compris la décision qu'aucune infraction n'a été commise.

La décision de l’arbitre ne peut être modifiée que si l’examen de la vidéo montre une erreur évidente, c’est-à-dire non pas “la décision était-elle correcte ?” Mais: “la décision était-elle manifestement erronée ?”

Décisions révisables

Les arbitres prennent des centaines de décisions à chaque match, notamment lorsqu'une faute n'a pas été commise. Il serait impossible, sans changer complètement le football, de revoir chaque décision. L’expérience limite donc l’utilisation de la VAR à quatre catégories de décisions ou d’incidents qui changent le match:

  • Savoir s’il y a but ou non
  • Savoir s’il y a pénalty ou non
  • Savoir s’il y a un carton rouge direct (pas sur un second carton jaune)
  • Doute sur l’identité d’un joueur

Dans toutes ces situations, la VAR n’est utilisée qu’après que l’arbitre a pris une décision (y compris en permettant au jeu de continuer), ou si un incident grave est “manqué”, c’est-à-dire qu’il n’a pas été vu par les officiels du match. (voir plus sur www.theifab.com)