La CAN U20 Total, un bon cru selon Edgar Watson

EDGAR WATSON

L’Ougandais Edgard Watson – membre du groupe d’études techniques (TSG) de la CAF et superviseur de l’édition 2021 de la CAN U20 Total – dresse ‘’un bilan positif’’ de la compétition indiquant qu’elle met en avant ‘’la croissance du jeu partout dans le continent et la nécessité de poursuivre le travail pour faire progresser cette cuvée 2021’’.

B21BZAS00105

Le niveau de la CAN U20 : Le niveau de la compétition est relevé mais il reste beaucoup de travail si on compare cette génération de footballeurs africains à celle des joueurs du même âge dans les autres Confédérations. Oui, c’est bien mais le travail doit continuer pour aider ces jeunes à progresser davantage sur les plans technique et tactique. Si on regarde de près les équipes présentes en Mauritanie (14 février au 6 mars), elles ont évolué souvent en 4-2-3-1. C’est un système qui permet aux équipes de donner libre cours à leurs attaquants et participe à mise en place d’une bonne animation défensive. Beaucoup de joueurs peuvent intervenir sur le plan défensif et c’est certainement la raison du peu de buts marqués durant la compétition notamment en quart de finale. L’autre bonne note, c’est l’utilisation systématique des techniciens locaux et je suis heureux d’avoir trouvé un coach camerounais sur le banc d’une équipe comme celle de la Mauritanie et j’ai été bluffé par la présence d’une femme préparateur des gardiens de but dans l’équipe de la Tanzanie, c’est exceptionnel et c’est une bonne chose. A noter aussi qu’un travail sérieux doit être fait pour aider les jeunes attaquants à marquer davantage et j’ai aimé que la plupart des techniciens ont mis en avant le travail collectif pour faire progresser leurs équipes.

Des équipes de toutes les zones de développement : Je suis heureux de constater qu’en demi-finales, nous avons noté la présence de trois zones de développement avec deux équipes venant de l’ouest (Ghana et Gambie), une du nord (Tunisie) et une autre de l’est (Ouganda). Cela veut dire que tout le monde travaille bien de son côté et cette phase finale de CAN Total U20 permet aux équipes et aux techniciens de confronter leur travail. Cela aura une incidence sur le jeu à travers le continent. Le gap entre les équipes va diminuer. Les jeunes footballeurs vont progresser davantage et avoir une belle expérience du haut niveau.

B21BZFK0068

Des nouvelles forces émergentes : C’est bien de voir des équipes comme la République Centrafricaine, la Gambie et l’Ouganda à ce niveau de la compétition et c’est très heureux. Ces équipes ont offert de beaux matchs et n’ont pas été de simples figurants, ça donne une autre lecture du football africain et ça conforte qu’avec du travail tout le monde peut aller de l’avant. Les talents sont partout et il suffit de mettre sur pied des programmes de développement pour trouver le bon filon. Au côté du Cameroun, du Ghana et de la Tunisie, il y a les autres qui arrivent et ça ne peut qu’être que bénéfique pour le football continental.

B21BUAS0186

Des prospects émergents : S’il est vrai que le travail collectif a été mis en avant par la plupart des équipes présentes à cette compétition, j’ai noté avec plaisir des prospects qui peuvent émerger dans un futur proche. Dans l’équipe du Maroc, j’ai vu des jeunes de cette sélection qui avaient pris part à la CAN U17 en Tanzanie (2019). Et c’est bien d’avoir permis à ces jeunes de continuer leur progression en passant des U17 aux U20. Techniquement et tactiquement, ils ont été remarquables. Le Camerounais Junior Sunday Jang a montré de belles prédispositions comme attaquant. C’est un futur grand finisseur, il a un gros potentiel et s’il travaille, je ne doute pas qu’il pourrait être un futur grand. Sur ce tournoi, il y a de futurs bons milieux de terrain notamment offensifs.